RTL

RTL

"Tech for Good" : Facebook, Deliveroo, Uber... Toutes les annonces des entreprises

no thumb

"Tech for Good" : Facebook, Deliveroo, Uber... Toutes les annonces des entreprises
Ils étaient tous présents autour d'Emmanuel Macron. Une soixantaine de géants mondiaux du numérique ont joué le jeu du sommet "Tech for Good" organisé mercredi 23 mai par l'Elysée, en annonçant des mesures de protection sociale, d'éducation ou d'investissements, en particulier le groupe Uber, sur fond de contentieux fiscal.
Emmanuel Macron s'est félicité, au terme de cette journée, d'avoir obtenu de ces géants du numérique des engagements pour le "bien commun". Plusieurs groupes ont ainsi annoncé des mesures sociales et éducatives ou des investissements. Parmi elles, Uber et Deliveroo ont déclaré qu'ils offriront à leurs chauffeurs et coursiers en Europe une protection sociale privée.
IBM va de son côté embaucher 1.400 personnes en France, et Microsoft va recruter une centaine d'experts en intelligence artificielle (IA). Enfin, Facebook va renforcer ses investissements en France consacrés à l'intelligence artificielle.
Assurances sociales et formations
Uber va offrir gratuitement à ses 150.000 chauffeurs et coursiers dans 21 pays d'Europe (dont 35.000 en France) une assurance sociale (maladie, accident du travail et hors travail), en partenariat avec Axa, relayant la protection sociale limitée dont bénéficient ces chauffeurs qui ont un statut d'indépendant.
De son côté, Deliveroo annonce qu'il offrira offrir à ses coursiers dans le monde une assurance accidents et responsabilité, comme il l'a déjà fait en France. Coût pour l'entreprise: 10 millions d'euros. Deliveroo annonce aussi dans les 2-3 ans 100 millions d'euros d'investissements en France, 2e marché du groupe britannique, pour étendre son implantation et le nombre de livreurs (9.300 pour l'instant).
IBM va créer 1.400 postes en France dans les deux ans, qui s'ajoutent aux 400 annoncés en mars dans le secteur de l'intelligence artificielle (IA). Autre initiative, un partenariat avec l'Education nationale pour la formation de jeunes de milieux défavorisés. OpenClassrooms, start-up française de formation, s'engage à former 1 million de personnes dans le monde chaque année à partir de 2025. Le groupe va aussi former les 250.000 intérimaires Manpower en France.
Des mesures sociales et égalitaire
Intel annonce un partenariat avec l'Institut Curie pour utiliser l'intelligence artificielle en oncologie. Visa va créer à Paris un centre d'innovation sur le commerce digital et l'IA. Microsoft va recruter une centaine de spécialistes de l'IA en France pour favoriser la croissance de cinq industries structurantes en France, grâce à l'IA : la santé, l'environnement/énergie, les transports, les services financiers et l'agroalimentaire.
Booking.com s'engage à promouvoir l'égalité des genres avec des bourses universitaires et à soutenir des start-up dans le tourisme durable, pour 5 millions d'euros en 2018. Stripe va soutenir le développement de 10.000 nouvelles entreprises françaises sur 5 ans. La fondation de Google va donner 100 millions de dollars sur 5 ans pour des projets à but non lucratifs de formation aux métiers du numérique en Europe, Afrique et Moyen-Orient. Le groupe est en contentieux fiscal avec l'Etat qui lui réclame 1,15 milliard d'euros de redressement fiscal.
SAP lance un programme pour les autistes et s'engage à porter le nombre de femmes dans des positions de leadership dans le groupe à 30% en 2022 contre 22 actuellement. Accenture va investir 200 millions de dollars sur 5 ans dans le monde pour des formations destinées aux personnes éloignées de l'emploi, avec en France 150.000 personnes formées d'ici 2020.
Facebook au cœur du sommet
Ce sommet organisé par l'Elysée a lieu en pleine montée des critiques contre les géants d'internet sur le pillage de données, les fausses nouvelles, les comportements prédateurs ou l'évasion fiscale. Mark Zuckerberg, déjà interrogé par le Congrès américain, a ainsi dû s'excuser mardi devant le Parlement européen pour le manque de protection des données de ses utilisateurs, après le scandale de la firme britannique Cambridge Analytica.
Favorable aux entrepreneurs, le président français a multiplié les appels aux chefs d'entreprise depuis son élection pour leur demander d'investir en France ou défendre l'environnement. "Je suis favorable à l'innovation et en même temps je suis pour le travail pour le bien commun et pour une régulation dure", en particulier sur le retrait de la propagande jihadiste et le cyber-harcèlement, a expliqué le président de la République lors d'une conférence de presse avec le président rwandais Paul Kagame.
Ainsi, lors de ce sommet à la Porte de Versailles, Facebook AI Research a promis de financer 48 bourses et 8 thèses consacrées à l'IA dans 4 universités françaises, soit le double de celles annoncées en janvier 2018 dans le cadre d'une première enveloppe de 10 millions d'euros.
Facebook a également doublé le nombre de serveurs - au nombre de 20 désormais - qui seront offerts à des instituts de recherche français d'ici 2022. Enfin, le groupe a lancé un appel à projets destiné à des laboratoires et des associations, qui devront présenter des projets conjoints "d'intérêt général".

La rédaction vous recommandeVivaTech 2018 : RTL Futur vous aide à mieux vivre grâce aux nouvelles technologiesFacebook : "Mark Zuckerberg a choisi sur quoi il allait répondre", dit un spécialisteL'assistant vocal de Google devra s'annoncer avant de passer des appels téléphoniquesVivaTech 2018 : des fenêtres virtuelles et un système contre le mal des transports


Source link : http://www.rtl.fr/actu/futur/tech-for-good-facebook-deliveroo-uber-toutes-les-annonces-des-entreprises-7793510278
Author : Lucie Valais,AFP
Publish date : 2018-05-23 22:25:04
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

Qui est Stacey Cunningham, première femme nommée à la tête de Wall Street ?

no thumb

Qui est Stacey Cunningham, première femme nommée à la tête de Wall Street ?
Qui est Stacey Cunningham, première femme nommée à la tête de Wall Street ?
Elle est la première femme à diriger Wall Street. Stacey Cunningham vient d'être nommée à la tête de la bourse de New York. Une fearless girl, la fille sans peur, c'est le nom d'une statue apparue l'année dernière près de Wall Street. Un bronze taille enfant, qui représente une gamine bravache, menton levé, les mains sur les hanches. Elle fait face à une autre statue, beaucoup plus imposante, celle du taureau de Wall Street : un mâle de plus de 3 tonnes, 3 mètres de haut.
Pas besoin de vous faire un dessin : cette fille sans peur, c'est un manifeste féministe, une invitation à faire une place aux femmes dans les grandes entreprises et la finance. Pari gagné pour Stacey Cuningham, 43 ans, qui met fin à 226 ans de monopole masculin. L'aboutissement d'un parcours sans faute, mais pas sans surprise.
Une vraie success story à l'américaine. Cuningham est arrivée à Wall Street comme stagiaire à l'été 1994. Elle est alors étudiante en génie industriel. La bourse, c'est un vrai coup de coeur. Deux ans plus tard, la voilà en salle des marchés. Elles sont alors quelques dizaines de femmes parmi plus d'un millier d'hommes. Mais la jeune employée a la bougeotte... Alors elle claque la porte.
De Wall Street à une école de cuisine
Pas pour une banque ou un service financier. Non, elle passe 9 mois dans une école de cuisine, avec 6 semaines en stage aux fourneaux. Elle gère le coup de feu comme la chute des cours, même urgence, même agressivité. "Ce qui serait inconvenant dans n'importe quel endroit devient normal dans une salle des marchés et dans un restaurant" dit-elle.
Entre la cuisine et la finance, Stacey Cunningham a à chaque fois évolé dans des milieux très masculins. Elle raconte qu'à son arrivée à Wall Street, elle a été frappée par une inégalité criante : celle des toilettes. Pour les hommes, une pièce somptueuse avec des canapés et une dame pipi à plein temps, pour les femmes, une ancienne cabine téléphonique vaguement aménagée.
À l'époque, la jeune femme a un modèle : Muriel Sibert, la première femme entrée à la bourse de New York. C'était en 1967. Mais en fait Stacey n'est pas une militante, elle fait d'abord ce qu'elle aime, sans rien s'interdire. C'est au Nasdaq, la bourse technologique, qu'elle a grimpé les échelons. Depuis l'an dernier, là aussi, le patron est une femme. Dans le sillage de MeToo, les temps changent au Stock Exchange. La statue de la Fearless Girl, elle, va être déplacée. Bien en vue face à la bourse, mais elle ne défiera plus le taureau de Wall Street.
La rédaction vous recommandeÉtats-Unis : panique à Wall Street, le Dow Jones plonge brutalementBruno Le Maire prône la réussite française à Wall StreetL'action Amazon dépasse les 1.000 dollars à Wall Street.Pourquoi la statue de la fillette de Wall Street fait (encore) polémique


Source link : http://www.rtl.fr/actu/international/qui-est-stacey-cunningham-premiere-femme-nommee-a-la-tete-de-wall-street-7793508718
Author : Isabelle Choquet
Publish date : 2018-05-23 19:51:09
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et une bonne cause

no thumb

Un jackpot philanthrope. Avec un simple billet de tombola de 10 livres sterling, à peine plus de 11 euros, on peut décrocher le gros lot : le château de Cautine en Corrèze, estimé à 1,7 million d'euros et cédé par une châtelaine généreuse, la Britannique Ruth Philips, au profit d’œuvres caritatives.
Deux conditions pour participer à cette tombola insolite lancée sur le site www.winafrenchchateau.co.uk : résider en Angleterre, Ecosse ou Pays de Galles, et traduire par la formule équivalente dans la langue de Shakespeare nos deux expressions françaises : "les carottes sont cuites" et "ça ne casse pas trois pattes à un canard". Les participants peuvent acheter un ou plusieurs billets, jusqu'à ce que le compteur affiche une mise totale de 500.000 euros, ou à défaut jusqu'à la date limite du 12 juillet 2018.
Les bénéfices utilisés pour lutter contre le mal-logement
L'actuelle propriétaire prévoit de reverser 5% de la mise totale à la St Petroc's Society, une association d'aide aux sans abri, selon le site du Daily Mail. Le reste financera la construction de logements en kit et bon marché, pouvant être assemblés en une semaine et livrés pour moins de 10% du prix moyen d'une maison outre-Manche.
Construire des logements abordables est "la première préoccupation" de Ruth Philips qui milite pour "le droit au logement pour tous", et pour la construction de logements écolos qui "n'abîment pas l'environnement", a-t-elle expliqué au Daily Mail.
L'heureux gagnant deviendra instantanément propriétaire de ce magnifique manoir meublé du XVIIe, converti en maison d'hôtes de 9 chambres pouvant générer un chiffre d'affaires annuel estimé entre 35.000 et 45.000 livres.
L'élégante bâtisse joliment restaurée est nichée dans un écrin de verdure traversé par un ruisseau, d'une superficie de 12 hectares, à la frontière entre Dordogne et Corrèze. Elle est dotée d'une piscine, d'un très coquet petit cottage et autres dépendances. L'ensemble sera livré clefs en main avec jardinier et gardien, mais aussi la promesse de factures d'entretien payées pour une période d'un an.
La rédaction vous recommandeRoubaix : la ville lance son dispositif de maisons à un euroLe PS demande un euro à ses adhérents pour trouver des idéesLes "maisons à un euro" à Roubaix, est-ce vraiment une bonne affaire ?


Source link : http://www.rtl.fr/actu/insolite/un-chateau-en-correze-pour-un-peu-plus-de-11-euros-et-une-bonne-cause-7793509444
Author : La rédaction numérique de RTL,AFP
Publish date : 2018-05-23 19:07:55
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

Fusillade à Marseille : la piste de l'enlèvement "pas confirmée" selon le préfet de police

no thumb

Fusillade à Marseille : la piste de l'enlèvement "pas confirmée" selon le préfet de police
Les images ont choqué. Lundi 21 mai en fin d'après-midi, un commando cagoulé, armé de kalachnikov a fait irruption à la cité de la Busserine à Marseille. Des tirs ont été entendus par les habitants, qui ont filmé la scène. Les malfaiteurs, déterminés, ont même mis en joue les policiers arrivés rapidement sur place.
Deux jours après, les questions sont encore nombreuses. Invité sur RTL ce mercredi 23 mai, le préfet de police de la ville Olivier de Mazières a donné quelques éléments de l'enquête, toujours en cours. La piste privilégiée par le procureur et la police judiciaire "est en lien avec un trafic de stupéfiants et une bataille de territoire autour de cet enjeu financier", a-t-il expliqué.
Cependant, Olivier de Mazières n'a pas pu confirmer la thèse de l'enlèvement d'un guetteur de la cité, évoquée par certaines sources. "Cette piste est considérée au même titre que toutes les autres, mais à ma connaissance elle n'a pas encore été confirmée. Il n'y a pas d'éléments tangibles en ce sens", a-t-il poursuivi.
Le préfet de police de la ville a également tenu à rassurer les Marseillais, pour certains traumatisés par ce déferlement de violence : "Nous avons conscience de la gravité de ce qu'il s'est passé. Les services de l'État et de la police sont mobilisés au maximum pour lutter contre ce fléau, pour être plus visible dans les cités", a-t-il affirmé.
La rédaction vous recommandeLe journal de 12h30 : le commando armé à Marseille aurait agi pour gagner des territoiresFusillade à Marseille : le commando armé aurait enlevé un homme à la BusserineFusillade à Marseille : "C'est devenu impossible de vivre ici", déplore une habitanteVIDÉO - Marseille : des policiers mis en joue par un commando cagoulé


Source link : http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/fusillade-a-marseille-la-piste-de-l-enlevement-pas-confirmee-selon-le-prefet-de-police-7792994898
Author : Marc-Olivier Fogiel,Léa Stassinet
Publish date : 2018-05-23 17:44:08
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

4 choses à savoir sur Xiaomi, la marque low-cost chinoise qui se lance en France

no thumb

4 choses à savoir sur Xiaomi, la marque low-cost chinoise qui se lance en France
Xiaomi part à la conquête de la France. Souvent comparé à Apple pour le design de ses smartphones et la ressemblance de ses magasins physiques avec les célèbres Apple Store, le constructeur chinois se lance dans l'Hexagone seulement huit ans après sa création. La marque fondée en 2010 à Pékin débarque avec deux smartphones aux tarifs agressifs, une trottinette connectée et une boutique située en plein coeur de Paris.
Numéro deux des ventes en Chine, numéro un en Inde, Xiaomi a tout pour faire de l'ombre aux principaux acteurs du secteur. Déjà présent dans 75 pays à travers le monde, le quatrième vendeur mondial de smartphones au dernier trimestre 2017 s'est taillé une solide réputation dans les communautés technophiles en proposant des produits de qualité à des prix imbattables.
Le succès est au rendez-vous jusqu'ici. L'an passé, Xiaomi a écoulé plus de 90 millions de smartphones dans le monde. En Europe, où la marque est déjà le troisième acteur en Espagne après seulement six mois sur place, la marque affiche une croissance insolente de près de 1.000% au premier trimestre 2018.
1 - Trois produits pour le lancement en France
Scooters, drones, PC portables, batteries, box TV, cuiseurs de riz...On trouve de tout dans le catalogue de Xiaomi qui s'est diversifié au fil des ans et repose aujourd'hui sur un vaste empire technologique. En France, la marque débarque avec trois produits phares pour l'instant, deux smartphones et une trottinette, ainsi que quelques accessoires comme des batteries externes ou des chargeurs sans-fil.
Il y a d'abord le Mi Mix 2s, un smartphone haut de gamme de 5,99 pouces à prix canon équipé d'un écran bord à bord sans encoche, d'un dos en céramique à effet miroir, d'une double caméra avec intelligence artificielle pour l'effet bokeh et le mode portrait, du processeur le plus puissant du moment (Snapdragon 845), de 6 Go de RAM, d'Android 8.0 Oreo, d'une interface inspirée des gestes de navigation du dernier iPhone et compatible avec la charge sans-fil. Proposé à moins de 500 euros, il vient défier frontalement le OnePlus 6 et le Honor 10. En attendant le Mi 8, une clone de l'iPhone X attendu pour le 31 mai.

Vient ensuite le Redmi Note 5, un smartphone milieu de gamme propulsé par le processeur Snapdragon 636 et équipé d'un écran allongé de 6 pouces, d'une double caméra avec IA, d'une batterie promettant une autonomie de deux jours, avec 3 ou 4 Go de RAM et 32 ou 64 Go de stockage à partir de 199,09 euros. Xiaomi débarque aussi avec sa trottinette électrique, le Mi Electric Scooter, un engin dédié aux citadins capable de filer jusqu'à 25 km/h avec une autonomie de 30 kilomètres proposé à 349,90 euros.
2 - Un clone de l'Apple Store au coeur de Paris
Pour mettre en avant ces produits, Xiaomi s'est offert une boutique au centre de Paris, au 39 boulevard de Sébastopol, non loin de Châtelet. À l'intérieur de ce premier "Mi Store", la ressemblance avec les magasins d'Apple est frappante. L'accent est mis sur l'expérience avec de grandes tables en bois au design épuré, une dominante de blanc, de nombreux produits en démonstration, des employés aux petits soins avec les clients et une musique d'ambiance.

3 - Des produits de qualité à des prix imbattables
Fondé par le créateur d'un site de e-commerce à succès, Lei Jun, 25e fortune mondiale selon Forbes, Xiaomi s'est fait connaître en produisant des smartphones Android qualitatifs, au design proche de ceux de l'iPhone, à des tarifs agressifs, "au juste prix", selon l'entreprise. En Chine, les smartphones de la marque se vendent entre 120 et 500 euros. La formule devrait être la même en France.
Signe de sa volonté d'attaquer le marché français par les tarifs, la marque s'est engagée à ne pas prendre plus de 5% de marges sur ses produits, quand ses concurrents peuvent aller jusqu'à 30%. Pour afficher ces tarifs, Xiaomi délègue la recherche et le développement de ses produits à des start-up dans lesquelles elle prend une participation et accole ensuite sa marque sur les produits finaux. L'entreprise propose aussi des services très rentables dans le streaming musical ou vidéo en Asie.
4 - Un large réseau pour toucher le grand public
Les produits de Xiaomi ne seront pas vendus que dans les "Mi Store". Alors que l'on pensait que Xiaomi miserait principalement sur sa communauté de fans et le bouche-à-oreille sur Internet pour évangéliser le public et s'implanter en France, la marque débarque dans l'Hexagone fort d'un impressionnant réseau de partenaires.
La marque a annoncé mardi que ses smartphones seront disponibles prochainement dans les grandes surfaces, chez les principaux distributeurs Darty, Fnac, Amazon, Leclecrc, Cdiscount, et chez les opérateurs Bouygues, Free, SFR, Orange. Aucun acteur ne manque à l'appel pour toucher le grand public. Ses concurrents Honor, OnePlus, Wiko ou Alcatel peuvent s'attendre à être bousculés.
La rédaction vous recommandeFacebook : Mark Zuckerberg présente ses excuses aux Européens sans convaincreVIDÉO - SeaBubbles : on a testé le taxi du futur, 50 cm au-dessus de la SeineVIDÉO - Hydrogen One, le smartphone holographique de RED est pour bientôtPourquoi Canal+ veut remplacer son décodeur par l'Apple TV


Source link : http://www.rtl.fr/actu/futur/4-choses-a-savoir-sur-xiaomi-la-marque-low-cost-chinoise-qui-se-lance-en-france-7793187903
Author : Benjamin Hue
Publish date : 2018-05-23 16:25:17
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

VivaTech 2018 : RTL Futur vous aide à mieux vivre grâce aux nouvelles technologies

no thumb

VivaTech 2018 : RTL Futur vous aide à mieux vivre grâce aux nouvelles technologies
Paris se mue en capitale mondiale de l'innovation jusqu'à la fin de la semaine. Organisé par les groupes Publicis et Les Échos, le salon VivaTech rempile pour une troisième année consécutive à Paris Expo Porte de Versailles. Du 24 au 26 mai, les grands noms de la technologie et des milliers de startups investiront le Hall 1 du parc des expositions pour présenter leurs solutions aux professionnels et au grand public. Le programme du salon et les informations pratiques sont à retrouver dans cet article.
Des concepts innovants en Facebook Live
Partenaire de VivaTech, RTL Futur s'installe au coeur de l'événement, stand F-40, au-dessus de l'espace Discovery. Pendant trois jours, une quinzaine de startups sélectionnées par nos soins viendront présenter des projets innovants qui facilitent la vie au quotidien. Plusieurs Facebook Live seront diffusés jeudi, vendredi et samedi sur les pages de RTL Futur et RTL pour faire découvrir ces concepts originaux au plus grand nombre.
Vous pouvez poser vos questions aux entrepreneurs directement dans les commentaires sous les vidéos. À l'issue de ces trois jours, RTL Futur sélectionnera l'un des projets pour suivre son évolution au plus près lors des douze prochains mois.
Les temps forts du salon sur le Web et l'antenne
Les journalistes de RTL Futur seront sur place pour couvrir les temps forts du salon, ne rien rater des annonces d'Emmanuel Macron, Mounir Mahjoubi et Mark Zuckerberg, tester les dernières nouveautés, recueillir des témoignages et partager leurs découvertes sur les comptes Twitter et Facebook de RTL Futur.
L'occasion de s'immerger dans les technologies de demain avec les véhicules autonomes et les taxis volants les plus prometteurs, des robots dernier cri ou des expériences à la frontière du réel dans des réalités plurielles. Les enjeux actuels seront aussi au menu avec les questions de vie privée et de protection de données personnelles.
RTL est aussi mobilisée pour l'événement. À l'antenne de la première radio de France, Bénédicte Tassart et Quentin Vinet accueilleront des créateurs de startups pour partager leurs succès entrepreneuriaux. Le président du conseil de surveillance de Publicis et cofondateur de VivaTech Maurice Lévy sera l'invité de Marc-Olivier Fogiel mercredi 23 mai à 18h35.



Source link : http://www.rtl.fr/actu/futur/vivatech-2018-rtl-futur-vous-aide-a-mieux-vivre-grace-aux-nouvelles-technologies-7793504256
Author : La rédaction numérique de RTL
Publish date : 2018-05-23 15:07:25
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

Nouvelle-Zélande : la justice demande à ce que le sexe d'un prévenu soit mesuré

no thumb

Nouvelle-Zélande : la justice demande à ce que le sexe d'un prévenu soit mesuré
La demande a de quoi surprendre. Mardi 22 mai, la justice néo-zélandaise a ainsi ordonné que soit mesuré le pénis d'un homme poursuivi pour agression sexuelle, après que son accusatrice eut donné des indications sur la taille du sexe de son agresseur présumé.
La plaignante, qui assure avoir senti les parties génitales de cet homme contre elle, affirme dans le détail que l'objet qui avait touché son dos mesurait entre 10 et 12 centimètres environ, selon le site d'informations stuff.co.nz.
Pour tenter de prouver les déclarations de la victime présumée, le juge Peter Hobbs a alors demandé au médecin du prévenu âgé de 72 ans de mesurer son pénis avec une règle en bois dans la cellule du tribunal. Le magistrat a cependant refusé de rendre public les résultats de l'examen, rapporte Radio New Zealand.
L'accusé, un élu local de la ville de Kapiti (nord-est de Wellington, ndlr) nommé David Scott nie en bloc les faits, et plaide non-coupable. Son avocat a d'ailleurs expliqué que c'était son portefeuille qui avait effleuré la plaignante au moment où son client passait près d'elle.
La rédaction vous recommandeTariq Ramadan maintenu en détention : l'avocat d'Henda Ayari réagit sur RTLEtats-Unis : 36,6 millions de dollars d'amende pour avoir déclenché un incendieTariq Ramadan maintenu en détention : l'avocat d'Henda Ayari réagit sur RTLMireille Knoll : un des suspects nie le caractère antisémite du meurtreJapon : après un burn-out, un moine porte plainte contre ses employeurs


Source link : http://www.rtl.fr/actu/international/nouvelle-zelande-la-justice-demande-a-ce-que-le-sexe-d-un-prevenu-soit-mesure-7793505765
Author : Léa Stassinet,AFP
Publish date : 2018-05-23 13:48:09
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

Le journal de 12h30 : 95% des cheminots disent non à la réforme ferroviaire

no thumb

Le journal de 12h30 : 95% des cheminots disent non à la réforme ferroviaire
Le Journal RTL de 12h30 du 23/05/2018 : 95% des cheminots disent non à la réforme ferroviaire
94,97%, c'est le chiffre du jour à la SNCF. Près de 95% des cheminots, qui ont participé au référendum baptisé "vote-action" organisé par les syndicats de la compagnie, ont dit non à la réforme du gouvernement. 61% des cheminots ont participé au scrutin. Une consultation que l'exécutif et la direction de la compagnie qualifient de pétition. Il n'empêche que les syndicats entendent bien capitaliser sur ce résultat.

À 48 heures d'une nouvelle rencontre avec le Premier ministre et en pleine négociation dans l'entreprise avec leur direction sur le plan stratégique, les syndicats vont brandir ces résultats pour essayer de faire bouger les lignes sur le thème : "Avec autant de cheminots hostiles à la réforme, vous ne pouvez plus camper sur vos positions, vous devez en tenir compte". SUD Rail, à partir de l'exemple d'Air France, va même jusqu'à demander la démission du patron de la SNCF Guillaume Pepy.
À écouter également dans ce journal :
- GREVE SNCF : La mobilisation est entrée dans sa onzième séquence. C'est le 21e jour de débrayage. Pour ceux qui galèrent en région parisienne, la SNCF va rembourser la moitié du prix des pass Navigo pour les mois d'avril et mai. Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, l'a annoncé ce matin sur RTL.
- CHÔMAGE : Le chômage est reparti à la hausse au premier trimestre 2018 : + 0,2%. Il touche 9,2% de la population active d'après les calculs de l'INSEE. Une inversion de la courbe due au ralentissement de la croissance au début de cette année. Une bonne nouvelle tout de même : le chômage de longue durée est en légère baisse.
- JUSTICE : Cinq jours après le lynchage à mort d'un Français d'origine burkinabée à Pau, deux adolescents de 16 et 17 ans vont être présentés au juge d'instruction. Ils risquent une mise en examen pour homicide volontaire. La victime avait été rouée de coups, en pleine rue.
- MIGRANTS : À Paris, les 2.300 migrants qui vivent dans des camps seront évacués à bref délai. Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, précise qu'il y aura des mises à l'abri mais aussi des contrôles administratifs. Il met en garde la ville de Paris : si les campements se reconstituent, dit-il, cette 35e opération n'aura servi à rien..
- PARCOURSUP : Plus de la moitié des candidats inscrits à la plateforme d'accès à l'enseignement supérieur ont reçu au moins une proposition depuis hier soir. C'est ce qu'a annoncé le ministère de l'Enseignement supérieur ce mercredi.
- FOOTBALL : C'est le prologue de la campagne de Russie. Les Bleus de Didier Deschamps viennent d'arriver à Clairefontaine pour débuter leur préparation. 22 joueurs, puisque Raphaël Varanne, le 23e, est encore retenu avec le Real Madrid pour la finale de la Ligue des Champions.
- LIGUE 1 : Quant à Ajaccio, il recevra Toulouse à huis-clos à 20h45 et sur terrain neutre à Montpellier. Match de barrage aller en vue de l'accession en Ligue 1. Le match contre Le Havre a finalement été validé mais le stade d'Ajaccio est suspendu jusqu'à nouvel ordre.
La rédaction vous recommandeSNCF - 95% des cheminots contre la réforme : le résultat de la "vot'action" est-il crédible ?SNCF : 95% des cheminots se prononcent contre la réforme ferroviaireGrève SNCF : Pécresse annonce sur RTL un remboursement du pass NavigoGrève SNCF : les prévisions de trafic pour mercredi 23 mai


Source link : http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-journal-de-12h30-95-des-cheminots-disent-non-a-la-reforme-ferroviaire-7793503198
Author : Christelle Rebière
Publish date : 2018-05-23 11:43:54
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

Soudan : cent personnalités veulent "sauver Noura" de la peine de mort

no thumb

Soudan : cent personnalités veulent "sauver Noura" de la peine de mort
Une tribune signée par une centaine de femmes de tous horizons est publiée par La Matinale du Monde ce mercredi 23 mai. Des artistes, politiques et des journalistes assurent qu'"Il faut sauver Noura". Noura c'est une jeune soudanaise condamnée à mort le 10 mai dernier pour avoir tué son mari qui tentait de la violer. Si rien n'est fait d'ici vendredi, cette jeune femme de 19 ans sera exécutée.

Une histoire terrible qui débute il y a trois ans. Noura n'a alors que 16 ans lorsque son père la force à épouser un homme mais la jeune fille s'y oppose. Elle refuse de consommer le mariage. Résultat : son époux invite deux de ses frères et un cousin pour l'aider à la violer.
L'horreur a lieu le 2 mai 2017. Le lendemain matin, le mari essaie de la violer à nouveau mais Noura parvient à s'échapper. Dans la cuisine, elle attrape un couteau et elle se refugie ensuite dans sa famille. C'est son père qui la livrera à la police. Quelques semaines plus tard, elle sera condamnée. Au Soudan, le viol conjugal n'existe pas. Le mariage est en revanche tout à fait légal dès lors que les enfants ont plus de 10 ans.
Le "plan banlieues" de Macron en question
La Matinale du Monde qui revient bien sur ce mercredi 23 mai au matin sur ce discours hier d'Emmanuel Macron. "Macron ne veut pas de plan banlieues et n'en présente" pas titre le journal. "Pas de plan banlieue .. soit... mais quoi alors ?", s'interroge Paule Masson dans L'Humanité. Hier, écrit l'éditorialiste, Emmanuel Macron a fragmenté un peu plus la République. C'est aussi l'avis de Yann Marec qui dans le Midi Libre évoque ce matin un "plan bisounours".
C'est sans doute le premier accroc, dit-il, politique au sens noble du terme pour Emmanuel Macron. Lui, conclut-il, qui voulait remettre la France à l'endroit laisse les tours des banlieues à l'envers du pacte républicain. Dans Libération, Laurent Joffrin salue toutefois quelques mesures utiles, fondées sur une idée directrice : rendre leur dignité aux habitants des quartiers populaires. "Une espèce de plan en quelque sorte", "plan plan", ajoute-t-il
Les solutions miracles pour notre bien-être
Libé qui consacre également ce matin deux pages à un sujet qui va tous nous reconcilier : notre bien-être. Alors en la matière , il y a un plan. "Se détendre c'est du taf", titre le journal qui détaille quelques unes des nouvelles méthodes à la mode. Il y a le yoga bien sûr, il y a aussi le caisson à oxygène. Une espèce de tente en plastique bleue avec un zip horizontal au dessus de la tête. On y est enfermé dans un sac un peu comme pour une IRM. Comptez entre 49 et 59 euros la séance. Une heure avec un tuyau dans le nez qui vous diffuse de l'oxygène.
Ce serait formidable pour lutter contre la migraine, le jet lag ou encore les insomnies. Pas vraiment d’après la journaliste qui a mené l’enquête, "sans doute un peu claustro", dit-elle. Emmanuelle Peyret a préféré le Janzu. Pas très sexy à première vue : vous voilà plongé dans une piscine d'eau chaude, 34 degrés, bercé comme un gros bébé en grenouillère dans les bras de la prof. On se balance dans l'eau. Sceptique au départ notre testeuse est ressortie de là hyper détendue, le sourire aux lèvres.
Autre solution bien-être : partir en vacances. Visiblement les Français l'ont bien compris : 69% d'entre nous ont l'intention de partir cet été. C'est la une d'Aujourd'hui en France. C'est quatre points de plus que l'an dernier. Un record aussi depuis 2012, signe, estime un spécialiste ,que le moral des Francais est plutôt bon. C'est comme d'habitude chez nous en France que la plupart choisiront de poser leurs valises : à 57%. C'est toutefois moins que l'an dernier : 63% de ceux qui étaient partis en vacances l'avaient fait dans l'hexagone
Dans quel pays fait-il bon vivre ?
Enfin si vous ne savez pas ou partir, ou si tout simplement que vous avez envie de vous évader sans bouger de chez vous, je vous conseille ce tout nouveau magazine très réussi: ça s'appelle L'âme des lieux. L'idée de ce trimestriel c'est de parler histoire, actualité ou encore cuisine à travers les lieux.
Vous trouverez ainsi une formidable enquête sur le siège du Medef. Un immeuble cossu avec vue sur la tour Eiffel qui, ironie de l'histoire, a un temps abriter les services administration du travail. II y a quelques années, des intermittents du spectacle s'étaient installés sur les toits pour protester. "On raconte, dit le journal, qu'ils furent dérangés par la présence d'abeilles". Laurence Parizot y avait en son temps fait installer des ruches. Vous découvrirez aussi pourquoi le rosé est fait en Provence, c'est de saison.
Où mange-t-on le plus de glaces en Europe ?... Ça aussi c'est le moment. Pour info, nous sommes dans la moyenne. Les champions ce sont les Norvégiens, les Bulgares sont bons derniers. Autre classement, celui de ces pays où il fait bon vivre. Il y a presqu'autant de classement que de pays. Pour l'un c'est le Danemark qui arrive en tête, ce sont les États-Unis pour un autre si l'on prend en compte les revenus, ou encore l'Islande si l'on retient le critère de la qualité des liens sociaux. Le Soudan lui, est, et ce dans tous les cas loin, très très loin derrière, avant dernier devant le Yémen.
La rédaction vous recommandeDes demandeurs d'asile soudanais torturés après leur renvoi par la FranceLa pluie de diamants tombés au Soudan venait d'une planète disparueLa guerre au Soudan du Sud a fait au moins 300.000 mortsSoudan : Salma al-Majidi, première femme coach d'une équipe de football masculine







Source link : http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/soudan-cent-personnalites-veulent-sauver-noura-de-la-peine-de-mort-7793498504
Author : Amandine Begot
Publish date : 2018-05-23 09:24:00
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
RTL

SNCF : 95% des cheminots se prononcent contre la réforme ferroviaire

no thumb

SNCF : 95% des cheminots se prononcent contre la réforme ferroviaire
C'est un large non. Sur les cheminots ayant participé à la consultation "vote-action", organisée par les syndicats de la SNCF, le score est sans appel. Près de 95% se sont prononcés contre la réforme ferroviaire, a annoncé mercredi l'intersyndicale du groupe.

Précisément, 94,97% des votants ont rejeté le projet de réforme, a précisé Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots, lors d'une conférence de presse. La participation à cette consultation interne, lancée le 14 mai et sans valeur légale, a atteint 61,15%, a-t-il ajouté. Philippe Martinez, invité de RTL mardi 22 mai, avait déjà évoqué un tel résultat.

Son résultat intervient alors que l'entreprise connaît mercredi sa 21e journée de grève depuis début avril et que les sénateurs de la commission de l'Aménagement du territoire et du Développement durable examinent le projet de loi de réforme ferroviaire. Au total, 169 amendements ont été déposés sur ce texte qui arrivera en séance publique au Sénat à partir du 29 mai, avant un vote solennel prévu le 5 juin.
La rédaction vous recommandeSNCF : la reprise de la dette, une solution réelle pour la sortie de crise ?Grève SNCF : Pécresse annonce sur RTL un remboursement du pass NavigoGrève SNCF : les prévisions de trafic pour mercredi 23 maiGrève SNCF : "On ne peut pas changer la réglementation par des astuces", assure Me Veil


Source link : http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/sncf-95-des-cheminots-se-prononcent-contre-la-reforme-ferroviaire-7793501462
Author : Claire Gaveau,AFP
Publish date : 2018-05-23 08:47:00
Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.
read more
1 2 3 133
Page 1 of 133