close

Les Inrocks

Les Inrocks

Acte XVIII : L’IGPN saisie après une vidéo d’un policier récupérant un maillot du PSG

Acte XVIII : L’IGPN saisie après une vidéo d’un policier récupérant un maillot du PSG




Pris en flag’ ? Ce samedi lors de l’acte XVIII des gilets jaunes à Paris un policier a été filmé en train de plier et ranger ce qui semble être des maillots du Paris Saint-Germain dans un sac à dos – engendrant rapidement des soupçons de vol sur les réseaux sociaux. La scène se déroule sur les Champs-Elysées alors que des casseurs viennent de piller la boutique officielle du club de foot de la capitale. Le journaliste de Brut Rémy Busine est alors en live sur Facebook. “Il y a eu des pillages dans la boutique du Paris Saint-Germain, il y a eu au moins une interpellation”, explique-t-il.
Vol ou des preuves ?
Au fond, dans un coin, on aperçoit le membre des forces de l’ordre ranger les affaires dans le sac, entouré de plusieurs collègues. Quelques instants plus tard, le journaliste se rapproche du policier – mais il est très rapidement contraint à reculer quand un des autres agents lui assène un coup de matraque. Suffisant pour que des internautes accusent le premier d’être en train de voler des vêtements du PSG et le second de le couvrir.
La vidéo de l’agression : pic.twitter.com/O2UehqftoH— La Plume Libre (@LPLdirect) March 16, 2019

Contacté par franceinfo, le secrétaire général de la CGT-Police Ile-de-France assure, après en avoir discuté avec ses collègues, que les affaires de sport font partie de celles pillées dans la boutique du PSG par un homme interpellé par les forces de l’ordre. “Ce policier serait donc en train de collecter les preuves du pillage qui doivent ensuite faire office de pièces à conviction”, indique franceinfo, citant cet homme.
Pour autant, la scène a tout de même attiré l’attention de la police des polices. La préfecture de police de Paris a ainsi annoncé, dimanche soir, que l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait été saisie et qu’une enquête avait été ouverte, indique l’AFP.

#DIRECT – #GiletsJaunes – L’Acte 18 des gilets jaunes à Paris sous tension.

Rémy Buisine en direct.Posted by Brut on Saturday, March 16, 2019



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/18/actualite/acte-xviii-ligpn-saisie-apres-une-video-dun-policier-recuperant-un-maillot-du-psg-111174132/

Author :

Publish date : 2019-03-18 10:35:39

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Après l’acte XVIII, Emmanuel Marcron souhaite interdire les manifestations sur les Champs Elysées

Après l’acte XVIII, Emmanuel Marcron souhaite interdire les manifestations sur les Champs Elysées




“Maintenant c’est terminé. J’insiste pour que ce type de scène ne puisse plus se reproduire, notamment sur cette avenue.” Après l’acte XVIII des gilets-jaunes et les destructions, samedi, sur les Champs-Elysées, Emmanuel Macron décide de taper du poing sur la table. Le Premier ministre devait se rendre ce lundi 18 mars au matin, vers 11h30 à l’Elysée, pour proposer un plan au chef de l’Etat. Selon les informations du Parisien, il s’agirait avant tout “d’interdire d’accès certains secteurs comme les Champs-Elysées, en les sanctuarisant”.
Des mesures fortes qui visent avant tout à endiguer les violences en marge des manifestations des gilets-jaunes, mais aussi à se prémunir des critiques de l’opposition accusant le gouvernement de laxisme. Le patron du PS, Olivier Faure, reproche à la majorité “de ne pas faire son travail”. “Ce gouvernement a failli” pour François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux européennes.
Emmanuel Macron au ski
“Dire qu’il y a encore quelques semaines, au moment de l’élaboration de la loi anticasseurs, on nous accusait d’être liberticides… “, grince un proche d’Emmanuel Macron dans les colonnes du Parisien tandis que la loi est en ce moment examinée par le Conseil constitutionnel. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, sera convoqué ce mardi devant le Sénat pour donner des explications quant aux violences et leurs coûts.
Rappelons que le président de la République, en week-end à La Mongie, a dû écourter son séjour pour revenir d’urgence à Paris samedi, suite aux violences qui ont émaillé la mobilisation des gilets-jaunes.



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/18/actualite/apres-lacte-xviii-emmanuel-marcron-souhaite-interdire-les-manifestations-sur-les-champs-elysees-111174131/

Author :

Publish date : 2019-03-18 10:43:26

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Léa Salamé s’exprime sur sa mise en retrait

Léa Salamé s’exprime sur sa mise en retrait




“Ce n’est pas une sanction, c’est ma décision” Ce lundi 18 mars au matin, Léa Salamé est revenue sur sa décision de quitter temporairement le 7/9 de France Inter et L’Emission politique (France 2) alors que son compagnon, Raphaël Glucksmann, est désormais en campagne pour les européennes.
[email protected] se retire provisoirement de l’antenne de France Inter : “Ce n’est pas une sanction, c’est ma décision” #le79Inter #européennes2019 pic.twitter.com/cWuCwFl8cK— France Inter (@franceinter) March 18, 2019

<< A lire aussi : Enquête sur le parcours sinueux de Raphaël Glucksmann Elle a avant tout tenu à préciser qu'il s'agissait d'une décision personnelle : "Cette décision est la mienne, en accord avec ma direction. Ce n'est pas une sanction" a-t-elle déclaré avant d'évoquer une longue conversations avec "ses patronnes". Laurence Bloch, la directrice de France Inter, avait d'ailleurs manifesté son soutien à la journaliste vendredi dernier sur Twitter. Une réponse à ses détracteurs  Celle qui fascine autant qu’elle agace réalise aussi un certain travail d'introspection : "ma profession de journaliste n'a jamais été aussi critiquée, attaquée, vilipendée" a-t-elle déclaré ce matin. Alors, pour répondre aux attaques passées et anticiper celles de demain, elle a tenu à se justifier : "Nous vivons à l'ère du soupçon, largement relayé par les réseaux sociaux, et je ne veux pas prendre le risque d'être instrumentalisée pour l'abîmer davantage. Aussi parce que les périodes de campagne sont particulièrement sensibles et inflammables : je ne veux pas que dans cette période-là on me reproche une quelconque collusion ou partialité." Une avalanche de critiques sur la toile Depuis vendredi 15 mars, Léa Salamé doit faire face à de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. Audray Pulvar a notamment déclaré sur Twitter : "En 2019, en France, on continue de reprocher à une femme les opinions politiques de son compagnon. Nous, pauvres petites choses si influençables, incapables de discernement ? Cette mise à l’écart de Léa Salamé est injuste et injustifiée" L'ancienne présentatrice du 19/20 avait dû renoncer à son poste en mai 2012 alors que son compagnon de l'époque Arnaud Montebourg venait d'entrer au gouvernement. En 2019, en France, on continue de reprocher à une femme les opinions politiques de son compagnon. Nous, pauvres petites choses si influençables, incapables de discernement ? Cette mise à l’ecart de @LeaSalame est injuste et injustifiée. https://t.co/v3Q6luzKdB— Audrey PULVAR (@AudreyPulvar) March 15, 2019 Plus encore que la décision de la journaliste, c'est le couple politico-médiatique qui est sujet aux attaques. Sur Twitter, les réactions n'ont pas tardé à pleuvoir, dénonçant, entre autres, un coup de com' pour Place Publique, le mouvement fondé par Raphaël Glucksmann.



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/18/actualite/lea-salame-sexprime-sur-sa-mise-en-retrait-111174168/

Author :

Publish date : 2019-03-18 12:32:24

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Plusieurs blessés dans une fusillade “potentiellement terroriste” aux Pays-Bas

Plusieurs blessés dans une fusillade “potentiellement terroriste” aux Pays-Bas




Plusieurs personnes ont été touchées ce lundi 18 mars au matin par des coups de feu dans un tramway à Utrecht, au sud d’Amsterdam, a annoncé la police de la ville néerlandaise sur Twitter. Le lieu de la fusillade, près de la station 24-Octobre, se situe à la périphérie du centre-ville. L’endroit a été bouclé. Les autorités ont qualifié cet événement de “potentiellement terroriste”, indique franceinfo.
L’auteur des coups de feu en fuite
Des unités anti-terroristes ont été dépêchées sur place, alors que l’auteur des coups de feu est en fuite. “Fusillade sur la place du 24-Octobre. Plusieurs blessés signalés. Une opération de secours est en cours”, a ainsi déclaré la police d’Utrecht un peu avant midi, précisant bien qu’il s’agissait d’une “fusillade dans un tramway”. Selon BFMTV, qui cite une agence de presse néerlandaise, il y aurait au moins un mort.
A shooting occurred on the #24oktoberplein in #Utrecht. The incident has been reported at 10.45 hour. Multiple people have been injured. The surrounding area has been cordoned off and we are investigating the matter.— Politie Utrecht (@PolitieUtrecht) March 18, 2019



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/18/actualite/plusieurs-blesses-dans-une-fusillade-potentiellement-terroriste-aux-pays-bas-111174200/

Author :

Publish date : 2019-03-18 12:33:47

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Thomas Porcher claque la porte de Place Publique

Thomas Porcher claque la porte de Place Publique




Un petit tour et puis s’en va. Thomas Porcher, économiste de gauche, membre des Economistes Atterrés et auteur d’un essai best-seller – Traité d’Economie Hérétique -, a annoncé son départ du mouvement Place publique, ce week-end dans le JDD. En cause, selon lui, ses divergences avec Raphaël Glucksmann, le fondateur du mouvement, désigné tête de liste sur une liste commune avec le PS et l’écologiste Claire Nouvian pour les élections européennes. “Ce sera une liste d’apparatchiks, pas de citoyens”, a regretté l’économiste, ajoutant que cela est contraire aux promesses du mouvement, qui affichait la volonté de mettre les citoyens “au cœur des institutions”. 
“Je n’ai pas envie de servir de caution de gauche au PS”
L’alliance de Place publique avec le seul Parti socialiste, alors que le mouvement avait pour objectif de fédérer plus largement les citoyens de gauche au-delà des appareils partisans, est la cause de cette défection soudaine. Thomas Porcher, qui se situe résolument du côté d’une gauche très critique vis-à-vis du libéralisme, déclare ainsi : “Je n’ai pas envie de servir de caution de gauche au PS, ni que Place publique soit le nouvel emballage d’un produit périmé”. Selon lui, alors qu’aucun parti de gauche – ni Génération.s, ni Europe Ecologie-Les Verts, ni la France insoumise, ni le PCF – ne souhaite s’unir, Place publique aurait dû “passer son tour”.
>> A lire aussi : Thomas Porcher: rencontre avec l’économiste qui veut remettre en cause le discours dominant
Comme il ne le confiait en février dernier, la stratégie de Place publique était claire au départ : “On a discuté avec tout le monde à gauche avant de se lancer. Et vu les réticences pour s’allier, on s’est dit qu’on allait monter notre mouvement. Depuis le départ, nous sommes dans une double stratégie : à la fois coopérative avec les formations mais aussi dans l’optique de faire évoluer Place publique.” Le constat d’échec est patent.



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/18/actualite/thomas-porcher-claque-la-porte-de-place-publique-111174161/

Author :

Publish date : 2019-03-18 11:10:54

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Reportage à la “Marche du siècle” de défense de “la justice sociale et climatique”, à Paris

Reportage à la “Marche du siècle” de défense de “la justice sociale et climatique”, à Paris




Ecologistes, militant.e.s antiracistes, gilets jaunes, syndicats, associations, ONG, politiques, teufeu.r.se.s, bébés, jeunes et moins jeunes : samedi 16 mars, à Paris, le cortège de la “Marche du siècle” était des plus hétéroclites. C’est à l’appel de 140 organisations que s’est initiée cette grande manifestation “pour le climat, la biodiversité, la justice sociale contre la répression”. Elle aurait réuni, selon ses organisateurs et organisatrices, 107 000 personnes à Paris pour plus de 350 000 manifestant.e.s dans 220 villes de France (45 000 à Paris selon un comptage indépendant d’un collectif de médias). La veille, pas moins de 50 000 jeunes (29 000 selon la police) qui déjà manifesté dans les rues parisiennes à l’occasion de la grève mondiale de la jeunesse pour le climat.
🌍 HISTORIQUE 🎉#MarcheDuSiècle : ce 16 mars 2019, 107 000 personnes sont descendues dans les rues à Paris pour demander une réponse politique à la hauteur de l’urgence climatique et des exigences de justice sociale. En France, plus de 350 000 personnes se sont mobilisées. pic.twitter.com/oN7OC9LgOt— Greenpeace France (@greenpeacefr) March 16, 2019

Dans la capitale, rendez-vous était donné place de l’Opéra, où devaient se rejoindre plusieurs cortèges avant de rejoindre la place de la République : un premier, composé de gilets jaunes et de militant.e.s écologistes à l’origine de “l’Affaire du siècle”, défendant “l’urgence sociale et climatique”, un autre marchant “pour le vivant”, un troisième appelant à “rouler vert pour demain”. Le tout, en faisant jonction avec “la marche des solidarités” menée notamment par le collectif Justice et vérité pour Adama Traoré, pour combattre les violences policières et le racisme. A 14 heures, la foule,  joyeuse et motivée, formait une masse impressionnante devant le Palais Garnier. C’est que les citoyen.ne.s présent.es estiment qu’il y a “urgence” : comme l’affirme une pancarte dans le cortège, “la fin du monde, ça n’est pas que dans les films”.
“Mettre fin à ces politiques mortifères pour les humains et la planète”
“Fin du monde, fin du mois, mêmes coupables, même combat”, “Changeons le système, pas le climat”, “Pas de justice climatique sans justice fiscale et sociale”, “Macron, assez d’émissions”… Parmi les slogans brandis dans les différents cortèges, un message émerge : le printemps sera “climatique et social” ou ne sera pas.
La marche « urgence climatique et sociale » vient de partir de Trocadéro, direction Opéra pour la #MarcheDuSiècle. En tête de cortège, Cyril Dion, Cécile Duflot ou encore François Boulo. Gilets jaunes et assos écolo défilent ensemble pic.twitter.com/QXarz5pccV— Amélie Quentel (@ameliequentel) March 16, 2019

“Le système aujourd’hui est seulement là pour faire de l’argent, et donc dominer soit les humains, soit la nature”, explique Simon, 24 ans, “à la base plutôt là pour le côté écolo”, mais qui se réjouit de la convergence de différentes luttes. Un discours également tenu par l’avocat et figure du mouvement des gilets jaunes – dont l’Acte XVIII avait lieu en parallèle aujourd’hui – François Boulo, que l’on croise en tête du cortège “urgence climatique et sociale” : “Il y a une convergence de nos revendications : il faut mettre à fin à ces politiques qui sont mortifères pour les humains et la planète, et à la répression policière et judiciaire des mobilisations. Sans répartition équitable des richesses, on n’aura ni la justice sociale, fiscale et climatique.” D’autres gilets jaunes ont fait le déplacement pour cette “Marche du siècle”. 
“La morgue manifeste de nos dirigeants est devenue insupportable” 
A l’image de Françoise, 70 ans, certain.e.s portent les deux casquettes : cette militante d’Attac arbore le fameux vêtement fluo tout en brandissant une banderole de l’asso altermondialiste. “Nous sommes actuellement conscients que c’est le capitalisme et les multinationales qui détruisent le climat et polluent. Et, sur le plan social, ce sont les pays les plus pauvres où les problèmes liés au climat sont les plus graves.”
Même discours chez Olivier, membre de Greenpeace : “Les premières victimes du changement climatique sont les gens qui n’ont pas les moyens de se soigner, qui ne peuvent pas acheter de produits favorables à leur santé.” Pour cet homme de 65 ans, “qui n’est pas forcément convaincu par le Grand soir” mais pour qui malgré tout “le système tel qu’il existe aujourd’hui mène droit dans le mur”, c’était “une nécessité de se bouger aujourd’hui, dans la mesure où nos dirigeants ne font pas ce qu’il faut. Il faut prendre le taureau par les cornes”. Il déplore le fait que les politiques cèdent “à la pression des lobbies” et qu’ils soient “à la traîne des mouvements sociaux” : “La morgue manifeste de nos dirigeants est devenue insupportable.”
Recours contre l’Etat pour “inaction climatique”
Avec “Notre Affaire à Tous”, la Fondation pour la Nature et l’Homme et Oxfam France, Greenpeace fait d’ailleurs partie des quatre assos – réunies sous le nom de “l’Affaire du siècle” – qui viennent de déposer un recours administratif contre l’Etat pour “inaction climatique”, dans la foulée de leur pétition signée par plus de deux millions de personnes. Pour Olivier, cette mesure “est une façon de mettre les politiques face à leurs responsabilités et de faire avancer le dossier, comme cela a déjà été fait dans certains pays”.
Outre des membres de Bloom, Alternatiba, WWF ou encore Youth for Climate, on croise aussi Marine et Emma, toutes deux membres de l’ONG “Notre Affaire à tous”. Les deux jeunes femmes se réjouissent de cette “belle mobilisation citoyenne” et du fait que, pour la première fois, l’Etat puisse être “attaqué sur un tel fondement : celui de respecter ses obligations en terme de climat”. Pour elles, idem : “La justice fiscale, sociale et climatique, aucune ne va l’une sans l’autre.”
Il est environ 15 heures, des centaines de personnes se mettent alors à genoux, poings levés, afin d’observer une minute de silence pour les victimes des violences policières. Au loin, on entend les grosses basses de la géniale Rave 4 climate, initiée par l’association militante Give a Fuck (G.A.F). L’ambiance est belle. Au microphone, une militante crie ceci : “Vos enfants vous diront merci demain d’être ici aujourd’hui.”



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/16/actualite/reportage-la-marche-du-siecle-de-defense-de-la-justice-sociale-et-climatique-paris-111174091/

Author :

Publish date : 2019-03-16 18:41:56

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Reportage à la grève mondiale de la jeunesse pour le climat

Reportage à la grève mondiale de la jeunesse pour le climat




La date était très attendue : ce vendredi 15 mars, rendez-vous était pris un peu partout sur Terre pour la grève mondiale de la jeunesse pour le climat, dans le sillage de Greta Thumberg. Lancée à l’initiative de lycéen.ne.s et d’étudiant.e.s, aux avant-postes de cette lutte depuis maintenant plusieurs mois et soutenu.e.s par plusieurs ONG et assos, elle a finalement réuni plus de 2 000 manifestations dans 125 pays. “Nous sommes le futur. Nous sommes la dernière génération, la dernière chance donnée au monde”, écrivent les auteurs du manifeste de la génération climat, dont Les Inrocks ont publié les bonnes feuilles.
A Paris, c’est d’une place du Panthéon (Ve arrondissement) ultra remplie qu’est partie la marche, direction Les Invalides. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est que les jeunes étaient “déter” comme jamais à sauver la planète et à mettre les politiques face à leurs responsabilités, comme ils et elles l’ont chanté, avant d’entamer un énergique “clapping”.
“La planète, ce n’est pas de la poudre de perlimpinpin”
“Et 1, et 2, et 3 degrés, c’est un crime, contre l’humanité!”, “On est plus chauds, plus chauds, plus chauds que le climat” ou encore “anti, anti, anti-capitalisme” : voilà ce qu’on pouvait entendre dans ce cortège massif, joyeux, un peu bordélique aussi, des milliers de jeunes gens ayant fait le déplacement (29 000 selon la police, 50 000 selon les organisateurs).
Beaucoup avaient amené des pancartes portant des inscriptions toutes plus créatives les unes que les autres : “On a gagné la coupe du monde avec Giroud. On peut sauver la planète”, “Un seul hêtre vous manque, et la Terre est dépeuplée”, “The planet is getting hotter than young Johnny Depp”, “Sauvez-la planète : mangez un riche”, “La planète, ce n’est pas de la poudre de perlimpinpin”. D’ailleurs, de nombreux messages dénoncent – moquent – Emmanuel Macron et sa politique.
Leur projet à eux et elles ? Sauver la planète. Des jeunes marchent vers le Panthéon, à Paris, pour la grève mondiale pour le climat #Youth4Climate pic.twitter.com/mrA7JUjd0E— Amélie Quentel (@ameliequentel) March 15, 2019

“Le gouvernement ne fait absolument rien”
Tania, Pauline et Elsa, trois lycéennes en banlieue parisienne, expliquent ainsi que “comme le gouvernement ne fait absolument rien”, c’est aux jeunes d’agir. Dont acte : arborant des gants de protection, les jeunes filles de 16 ans ramassent les déchets qui se présentent sur leur chemin, joignant ainsi l’utile – manifester – à l’utile – rendre nos rues plus propres.
Tania, Pauline et Elsa manifestent tout en ramassant les déchets sur leur chemin. C’est déjà leur deuxième sac rempli depuis la place du Panthéon… située à peine à 5 min à pieds #YouthForClimate pic.twitter.com/8FYvUWKnkq— Amélie Quentel (@ameliequentel) March 15, 2019

Elsa, qui cite le récent et alarmant rapport du Giec (voir ce papier de L’Huma), regrette que les politiques “privilégient l’argent à l’environnement”, et estime que c’est tout le système qu’il s’agit de revoir. “On voit bien que le capitalisme, ça ne fonctionne pas.” Les trois amies sont venues avec conviction manifester, dénonçant le fait que le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer ait demandé l’organisation de débats dans tous les lycées sur le changement climatique… Le même jour que la grève mondiale pour le climat, prévue de longue date. “C’est n’importe quoi. C’est pour nous empêcher de manifester.”
“Cela donne vraiment de l’espoir”
Elles seront demain à la “Marche du siècle” organisée par les associations de “l’Affaire du siècle”, qui viennent de déposer un recours administratif contre l’Etat pour “inaction climatique”. On croise d’ailleurs dans le cortège Marie Toussaint, la présidente de l’ONG “Notre Affaire à tous” à l’origine de cette action en justice. Elle est “hyper contente et émue” de voir autant de jeunes dans la rue aujourd’hui : “Cela donne vraiment de l’espoir. Il y a une vraie colère, mais aussi une réelle détermination à agir, et à affirmer que l’on peut y arriver ensemble.” La militante rappelle que, pour la “Marche du siècle”, le printemps sera “climatique et social”, une convergence avec la manifestation des gilets jaunes étant prévue.
D’autres aimeraient aussi une convergence entre les différentes générations, à l’image d’Elisabeth, 72 ans, venue manifester avec les jeunes. Cette membre de Greenpeace, estime qu’il “est important de faire le lien entre les personnes de tous les âges”, de façon à ce qu’il y ait une prise de relai. Elle est par ailleurs impressionnée de la foule de jeunes “très jeunes” s’étant déplacé.e.s : “Ces derniers temps, on avait l’impression d’être anesthésiés. Ce qui se passe est vraiment super.”
“On n’a pas le choix”
Robinson, élève de cinquième âgé de 15 ans, ne pouvait pas manquer la manifestation d’aujourd’hui : “On n’a pas le choix, on doit tout faire pour que la pollution diminue.” Pour rappel, un nouveau rapport de la Société européenne de cardiologie affirme que 9 millions de personnes décèdent tous les ans dans le monde à cause de l’air pollué. L’adolescent, qui tient fermement une pancarte montrant un globe terrestre avec le message “Souriez, vous allez crever”, tance : “On ne veut pas mourir alors que ça fait très peu de temps que l’on est sur Terre.” Et d’évoquer la déforestation massive en Amazonie ou la disparition d’espèces animales – “si elles disparaissent toutes, cela va être notre cas aussi”… Pour lui, il s’agirait à la fois que tout le monde adopte de meilleurs comportements – “faire du compost, consommer local…” – mais aussi “que le gouvernement agisse”.
En fait, ces jeunes gens sont impressionnants de connaissances, de lucidité et de maturité sur le sujet. Voilà qu’un petit garçon de douze ans, venu avec sa babysitter, nous parle du climato-scepticisme de Jair Bolsonaro, au Brésil, ou de celui deTrump, aux Etats-Unis. “En classe, j’ai un professeur d’histoire-géo très impliqué sur la question du changement climatique. Du coup, je suis stressé, c’est la dèche, c’est pour ça que je suis venu manifester.” L’est-il moins à présent, en voyant tous ces gens venus partager le même combat que lui ? “Il faudra voir les retours de la manifestation.” Selon un communiqué de presse des organisateurs et organisatrices de l’initiative, il y aurait eu 150 000 jeunes en grève aujourd’hui en France, pour plus de 750 000 dans le monde. 



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/15/actualite/reportage-la-greve-mondiale-de-la-jeunesse-pour-le-climat-111173951/

Author :

Publish date : 2019-03-15 18:05:56

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Moha la Squale convoqué par la justice pour des menaces de morts avec un couteau

Moha la Squale convoqué par la justice pour des menaces de morts avec un couteau




Le rappeur Moha La Squale a été entendu mercredi 13 mars par la police de Saint-Pierre sur l’île de la Réunion et devra se présenter au tribunal correctionnel début septembre, selon l’AFP. En cause : Mohamed Bellahmed, de son vrai nom, aurait menacé un couple armé d’un couteau.
Séparé dans un premier temps, le rappeur revient armé
La scène se déroule mardi soir dans le bar d’un hôtel de luxe de Saint-Pierre, en marge des Francofolies de la Réunion où Moha La Squale a donné un concert dimanche 10 mars. “Pour une raison encore indéterminée, le rappeur et un couple de clients ont eu une altercation”, relate l’AFP. Dans un premier temps, les gardes du corps de l’artiste de 24 ans l’éloignent du couple. Pourtant, ce dernier revient “peu de temps après” armé d’un couteau pour les menacer de mort.
Le personnel de l’hôtel s’est alors interposé. Le couple a par la suite appelé la police, qui s’est rendue sur les lieux, poursuit l’AFP, qui précise : “La suite de l’histoire se déroulera donc en septembre au tribunal. Moha La Squale est convoqué pour ‘menaces de mort avec armes’.”



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/15/actualite/moha-la-squale-convoque-par-la-justice-pour-des-menaces-de-morts-avec-un-couteau-111173980/

Author :

Publish date : 2019-03-15 17:54:02

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

Frédéric Lordon révèle avoir été invité par l’Elysée pour le Grand débat

Frédéric Lordon révèle avoir été invité par l’Elysée pour le Grand débat




C’est une information repérée par le Huffington Post. A l’occasion d’une réunion nommée “Fin du grand débat, début du grand débarras” à la Bourse du Travail, à Paris, jeudi 14 mars, Frédéric Lordon a fait une annonce pour le moins inattendue. Devant des gilets jaunes – dont Jérôme Rodrigues ou Priscillia Ludosky -, des étudiants et des militants de la gauche et des quartiers populaires, l’économiste et philosophe a raconté comment l’Élysée l’avait invité pour un “débat prospectif” en compagnie d’autres intellectuels, prévu le 18 mars.
Dans la vidéo publié par le Huffpost, on peut voir cette figure de la gauche radicale, qui avait participé au lancement de Nuit debout en 2016 mais aussi de la “Fête à Macron” l’année dernière, lire le courrier qui lui a été adressé avec pour objet “Grand débat avec le Président”. Dans la salle, le public se met à siffler et à rire. Lordon, qui, au début du mouvement des gilets jaunes, appelait en compagnie de François Ruffin à “bloquer le quinquennat d’Emmanuel Macron”, abonde : “Ça m’a fait à peu près le même effet.”
“Je préfèrerais avoir piscine ou même dîner avec François Hollande”
Il se met alors à lire sa réponse au chef de l’Etat. “Chez Monsieur Macron [à lui même, en riant : “quel hypocrite!”], vous comprendrez que, si c’est pour venir faire tapisserie le petit doigt en l’air au milieu des pitres façon BHL et Enthoven, ou des intellectuels de Cour comme Patrick Boucheron, je préfèrerais avoir piscine ou même dîner avec François Hollande.”
Et d’ajouter : “Au moins votre invitation ajoute-t-elle un élément supplémentaire pour documenter votre conception du débat : savez-vous qu’à part les éditorialistes qui vous servent de laquais et répètent en boucle que la démocratie, c’est le débat, votre ‘grand débat’, personne n’y croit.”
“Monsieur Macron, il faut partir !”
“Vous détruisez le travail, vous détruisez les territoires, vous détruisez les vies, et vous détruisez la planète”, argue Frédéric Lordon, présent à cette réunion en compagnie d’autres personnes souhaitant faire converger samedi 16 mars la grève mondiale pour le climat, la manif des gilets jaunes et la marche contre les violences policières.
“Si vous, vous n’avez plus aucune légitimité, le peuple, lui, a entièrement celle de résister à sa propre démolition. Craignez-même que, dans l’élan de sa fureur, il ne lui vienne à l’idée de démolir ses démolisseurs. Et comme en arriver là n’est souhaitable pour personne, il reste une solution simple, logique, et qui préserve l’intégrité de tous : Monsieur Macron, il faut partir ! Monsieur Macron, rendez les clefs !”
Le Grand débat, lui, prendra fin vendredi 15 mars.



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/15/actualite/frederic-lordon-revele-avoir-ete-invite-par-lelysee-pour-le-grand-debat-111173691/

Author :

Publish date : 2019-03-15 11:46:44

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
Les Inrocks

"Il s’agit de ma vie privée" : la folle soirée de Castaner en boîte de nuit

"Il s’agit de ma vie privée" : la folle soirée de Castaner en boîte de nuit




Christophe Castaner, comme tout le monde, semble aimer faire la night. Le ministre de l’Intérieur fait la Une de Closer et Voici ce vendredi, les deux magazines people publiant des photos de l’homme politique en train de danser avec une jeune femme au Noto, un resto-club branchouille du VIIIe arrondissement de Paris.
“Il s’agit de ma vie privée et de ma famille, qui peut être respectée. J’ai rejoint une soirée, dans un cadre totalement privé, entre 23h30 et deux heures du matin”, a déclaré au Parisien le “premier flic de France”.
La sécurité du Ministre en question
Après tout, rien de bien répréhensible là-dedans. Mais le quotidien s’interroge : cette soirée serait-elle “une faute politique dans le contexte de la révolte des gilets jaunes, qui invite tous les responsables publics à la sobriété et à l’exemplarité” ? Cette sortie, semble-t-il bien arrosée, a en effet eu lieu dans la foulée de l’Acte XVII, samedi 9 mars, de ce mouvement de révolte contre la politique d’Emmanuel Macron, lancé en novembre.
Mesdames et messieurs : le Ministre de l’Intérieur.
😅😂🤣#Castaner #Noto pic.twitter.com/ClFwM1u55S— Lucas (@lucas2320) March 14, 2019

Le Parisien cite même des syndicats policiers ou des responsables de la police, qui estiment que, pour eux, il va être “difficile d’être crédible et audible après”, et que “c’est une faute professionnelle quand vous êtes premier flic de France”. D’autant qu’à l’heure actuelle, on ne sait toujours pas si Christophe Castaner, qui a pourtant affirmé récemment que lui et sa famille avaient reçu des menaces, était accompagné de ses officiers de sécurité.



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/03/15/actualite/il-sagit-de-ma-vie-privee-la-folle-soiree-de-castaner-en-boite-de-nuit-111173611/

Author :

Publish date : 2019-03-15 10:29:49

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

read more
1 2 3 20
Page 1 of 20