close
Les Inrocks

Chants homophobes dans les stades : "L’homophobie est un outil qui permet de rabaisser l’autre"

Chants homophobes dans les stades : "L’homophobie est un outil qui permet de rabaisser l’autre"




C’est une première dans le monde du football : récemment, quatre rencontres ont été interrompues pour “injures homophobes”. Après le match opposant les équipes de foot de Nancy et du Mans le 16 août, ce sont les rencontres Brest-Reims et Monaco-Nîmes des 24 et 25 août qui ont été arrêtées par l’arbitre. Le mercredi 28 août, le match Nice-OM a, lui aussi, été interrompu par l’arbitre, pendant neuf minutes. Cette fois, des supporteurs avaient déroulé des banderoles “Bienvenue au groupe Ineos : à Nice aussi on aime la pédale” et “LFP/Instance : des parcages pleins pour des stades plus gays”.
Jusqu’ici la Ligue de Football Professionnel (LFP) ne s’était pas franchement fait remarquer par une politique volontaire de lutte contre l’homophobie. Encore dernièrement, interrogée par Le Parisien le 26 mars, la présidente de la ligue, Nathalie Boy de la Tour, estimait à propos des chants homophobes : “C’est le folklore, le folklore du foot […] Ils font partie de l’expression d’une ferveur populaire qu’il faut prendre comme telle.”
Deux mois après cette sortie, la LFP a tout de même dévoilé un plan de lutte contre l’homophobie en plusieurs étapes. Au programme : sensibilisation du public et des jeunes joueurs “aux impacts de l’homophobie ordinaire avec la mise en place d’une journée dédiée”, formation des référents supporters et mise en place d’une fiche de signalement permettant de faire remonter les faits en justice. Avec une nouveauté au démarrage de la saison : les arbitres sont désormais autorisés à arrêter le match si des insultes homophobes sont proférées dans le public.
C’est cette dernière mesure qui a déclenché la reprise en chœur par les supporters du couplet “La ligue, la ligue, on t’encule”, lors des matchs d’août. Alors que la ligue se décide enfin à condamner l’utilisation de propos homophobes dans les stades, les supporters ripostent en utilisant justement le vocabulaire que l’institution cherche à proscrire. Mais pour quelles raisons les supporter tiennent-ils tant à maintenir l’emploi de ce vocabulaire homophobe, particulièrement violent à l’égard des personnes concernées ? Philippe Liotard, sociologue spécialiste des discriminations dans le sport et enseignant-chercheur à l’Université Claude Bernard Lyon 1, est revenu auprès des Inrocks sur ces chants homophobes que les supporters ne semblent pas prêts à abandonner.
A en croire certains supporters et professionnels du monde du foot, les injures homophobes ont toujours été employées dans les stades. Comment l’expliquer ?
Philippe Liotard – Je ne suis pas sûr que ça soit si vieux que ça. Il me semble que cette “normalité” des propos homophobes dans les stades s’est structurée dans les années 1990 avec l’arrivée des ultras (groupes de supporters particulièrement véhéments, ndlr). C’est un folklore qui s’est construit dans le but de rabaisser symboliquement l’adversaire et ses supporters. Le foot joue un rôle d’étalon de la virilité et, dans un monde très masculin, l’homophobie est un outil qui permet de rabaisser l’autre. Le propos homophobe a pour fonction de le dévaloriser. Les termes utilisés aujourd’hui sont homophobes mais relèvent aussi d’un discours sexiste qui se rapporte au viol. Il faut situer ces propos dans un rapport de force qui révèle toute la symbolique du viol. L’apparition du registre des violences sexuelles est assez récente, maintenant on entend souvent des commentaires comme “il s’est fait violer”, ça n’arrivait pas avant.
Pourquoi les supporters sont-ils à ce point remontés contre le plan de lutte contre l’homophobie mis en place par la ligue ?
Ils s’opposent à la décision prise par la ligue d’autoriser l’arbitre à arrêter le match. Les “LFP enculée” qu’on a entendus sont une réaction à la situation qui utilise les termes que la ligue veut contrôler. C’est aussi une manière de critiquer les privations de liberté dont certains s’estiment victimes lorsqu’ils sont interdits de match ou de se déplacer pour une rencontre. En plus, ces propos ne posent souvent pas problème pour les gens qui les utilisent et dénoncer qu’ils sont inacceptables produit une réaction de rejet.
Comment ces supporters peuvent ne pas avoir conscience que le langage qu’ils utilisent pour discréditer l’adversaire est homophobe ?
Au départ, c’était pareil pour le racisme. Ça a pris du temps ; pendant longtemps ça n’a pas été condamné mais maintenant on n’accepte plus les propos racistes. Quand Pogba a été victime d’insultes racistes après un match par exemple, personne n’a pris la défense de celui qui les a proférés. Plus personne ne défend ceux qui tiennent des propos racistes. Dans le cas de l’homophobie, on est dans ce que j’appelle le “folklore de l’humiliation”. C’est-à-dire que la majeure partie des supporters disent que leurs propos ne sont pas homophobes. Et on peut employer une insulte sans l’utiliser à son sens premier, mais juste pour blesser l’autre. Le problème c’est qu’ici ça suggère une hiérarchie dans les sexualités. Mais, quand on a été élevé dans ce folklore, c’est difficile de s’en émanciper.
La commission de discipline de la ligue a examiné les dossiers des matchs pour lesquels des chants homophobes ont été consignés. D’après vous, quelles sanctions permettraient de lutter efficacement contre l’utilisation de ce genre de chants ?
Les sanctions sont nécessaires, mais pas suffisantes. On pourrait imaginer que les supporters soient poursuivis à titre individuel ou interdits de stade, que les clubs soient sanctionnés ou que certains matchs se jouent à huis clos. Les sanctions permettent de poser des limites et d’amener un questionnement mais le travail de sensibilisation et d’éducation est primordial pour que les gens comprennent pourquoi on interdit ce langage. Dans les centres de foot, des travaux commencent à être entrepris pour éduquer les jeunes – mais aussi les éducateurs sportifs – pour les faire réfléchir aux termes qu’ils emploient. Par exemple, quand un éducateur dit “c’est quoi ce tir de tapette” ou “on va leur montrer qu’on est pas des PD”, il est primordial qu’il se rende compte de l’impact que peuvent avoir de tels propos sur les jeunes homosexuels qui peuvent être dans son équipe sans même qu’il le sache. Parce que cette culture de l’homophobie les empêche d’assumer. Ce n’est même pas imaginable pour les autres joueurs qu’il y a un gay dans l’équipe et beaucoup de sportifs homosexuels arrêtent parce qu’ils ne supportent plus cette ambiance. Pour contrer tout ça, des groupes travaillent à ce que le sport soit un milieu d’accueil, pour que les joueurs puissent s’assumer. Il y aurait peut-être moins de réactions homophobes dans le foot si des joueurs pouvaient revendiquer leur homosexualité.
Pensez-vous que le plan mis en place par la ligue pour lutter contre l’homophobie puisse être efficace ?
La lutte est tardive. Mais le fait que la ligue lance une campagne ça bouscule un peu, ça peut avoir un impact parce qu’on en parle, ça interroge. Le débat qui est en train de se mettre en place va faire réfléchir et des groupes de supporters peuvent décider d’abandonner ce folklore. C’est un choix politique, on peut choisir les valeurs auxquelles on adhère aussi dans le monde du foot. Si on choisit de mettre en avant le respect, on ne peut pas accepter les propos discriminants. Il n’y a pas de raison que le foot soit le seul espace où les valeurs défendues par notre société soient bafouées.



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/08/29/actualite/societe/chants-homophobes-dans-les-stades-lhomophobie-est-un-outil-qui-permet-de-rabaisser-lautre/

Author :

Publish date : 2019-08-29 11:40:49

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : Les Inrocks

The author News2

https://www.sports-d-hiver.com/   https://www.campingetrandonnee.com/   https://pagetsports.co.uk   https://maquillages.info   https://dedalusprod.com   https://www.mywinenews.com   https://www.fournitures-de-bureau.biz   https://www.enigmesghisdiem.fr   https://www.voyagesenlivres.fr   https://fourniturescolairepascher.net