close
Les Inrocks

A l’initiative de François Ruffin, la gauche se rassemble contre la privatisation d’ADP

A l’initiative de François Ruffin, la gauche se rassemble contre la privatisation d’ADP




La longue marche pour obtenir le référendum contre la privatisation des aéroports de Paris (ADP) commence, et la gauche serre les rangs. Ce 18 juin au Côte d’Azur, un bistrot près de la place de la République (Paris, Xe) qu’affectionne François Ruffin, elle apparaît en formation combat, le regard fixé vers un même objectif : atteindre les 4,7 millions de signatures d’ici mars 2020 – soit 17 000 signatures par jour. Pas une mince affaire. Comme le dit le député insoumis à l’origine de cette réunion, “c’est une campagne de masse” qui s’engage, et il ne faudra pas compter sur le gouvernement pour en faire la promotion.

“Il faut qu’on additionne des styles et des raisons”

Alors les forces de gauche, quelque peu sonnées par leurs résultats et leur division aux élections européennes, tendent timidement à mettre de côté leurs querelles de paroisses. En rang d’oignon derrière une table bardée d’affiches, toutes les nuances de vert et de rouge sont représentées : Boris Vallaud (PS), Sébastien Jumel (PCF), François Ruffin (LFI), Claire Nouvian (Place Publique) et Eric Piolle (EELV). Certes, c’est un peu la réunion des électrons libres au sein de leurs familles politiques respectives. Mais l’image, dans une période de recomposition souterraine de la gauche, a le mérite d’afficher un message clair : ils ont besoin d’une victoire, et ils comptent bien la décrocher.
PS, PCF, LFI, Place publique, EELV : la gauche unie contre la privatisation d’#ADP #ADPreferendum pic.twitter.com/ASgZlJplof— Mathieu Dejean (@Mathieu2jean) June 18, 2019

“Il faut qu’on additionne des styles et des raisons”, embraye François Ruffin, que se tient toujours à distance respectueuse de “la tambouille” (qui désigne les discussions politiques formelles entre partis). “C’est une campagne ultra-pluraliste sur le fond et sur la forme dont on a besoin. 4,7 millions de signatures, c’est énorme, d’autant plus avec la chape de silence que veut imposer la majorité. Il n’y aura pas 12 millions d’euros de débloqués pour ce référendum comme ça l’a été pour le grand débat”.

Dépassements

Répondant à l’impératif catégorique de faire masse, la campagne qu’il lance à grand renfort de tracts et d’un site internet (signons.fr) ne comporte donc pas de logo. Elle est informative. Et à vocation à entraîner un maximum de personnes vers l’acte de la signature. Le hashtag #SignezCommeVousÊtes pourrait même être lancé sur les réseaux sociaux, comme une réponse de défi aux bugs informatiques recensés sur la plateforme gouvernementale.
Un mot revient dans plusieurs bouches : le dépassement. L’enjeu – la défense des biens communs et des services publics – les dépasse tous, abolit les frontières politiques, déborde aussi la simple question d’ADP (“c’est la question des océans, des hôpitaux, des écoles, des tribunaux, de se réapproprier notre destin commun qui est posée”, élargit François Ruffin). “En signant comme nous sommes, on va additionner nos énergies, nos sensibilités, nos histoires”, souligne le communiste Sébastien Jumel.

“En neuf mois, un mariage peut avoir lieu”

Et qui sait, construire la gauche de demain ? Repartir sur de bonnes bases pour 2022 ? L’horizon est très lointain aux yeux des personnalités réunies. D’ailleurs, il n’est pas question de définir une ligne politique précise à l’occasion de ce référendum : “La ligne, c’est 4,7 millions”, balaye Jumel. Le rassemblement sur cet objectif politique rappelle cependant la réunion de la gauche antilibérale qui avait eu lieu en 2005, contre le Traité constitutionnel européen (TCE). Alors certes, on ne parle pas ici de “coordinations permanentes” (idée lancée par Olivier Besancenot, qui tient meeting le lendemain avec d’autres personnalités politiques), mais Claire Nouvian y va tout de même franc jeu sur le sujet de l’union de la gauche : “Place Publique a à cœur de récupérer le pouvoir en 2022, avec tout ce qui est à gauche et écolo. Si on ne se met pas en ordre de bataille pour parler d’une seule voix, on n’y arrivera pas. On partage une ligne politique qui se recoupe sur les choses essentielles ! En neuf mois, un mariage peut avoir lieu”.
Sensible aux leçons de l’histoire, François Ruffin finit par lâcher qu’il est un “partisan du Front populaire”. Mais rappelle qu’à l’époque, c’est la base (communiste et cégétiste) qui réclamait l’unité dans la rue.



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/06/18/actualite/politique/a-linitiative-de-francois-ruffin-la-gauche-se-rassemble-contre-la-privatisation-dadp/

Author :



Source

Tags : Les Inrocks

The author News2