close
RTL

“Gilets jaunes” : “Les policiers et les gendarmes attendent une solution”, dit David Le Bars

VIDÉO – “Gilets jaunes” : à Toulouse, un policier donne un coup de tête à un collègue




Paris a été une véritable scène de violences, avec 237 interpellations, samedi 16 mars, lors de la 18e manifestation des “gilets jaunes”. Les forces de l’ordre ont été largement prises pour cible. Et pour les troupes, c’est un ras-le-bol XXL.
Invité au micro de RTL, David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la Police nationale, déplore la haine et l’envie de destruction qui motivent les casseurs, et qui rappellent aux forces de l’ordre les actes violents des 1er et 8 décembre derniers. Pour David Le Bars, l’inquiétude et l’incompréhension montent du côté des forces de l’ordre, face à la montée en puissance des groupuscules agressifs.
“Au bout de trois mois de ‘gilets jaunes’, on a une catégorie de manifestants qui a pris goût à la violence“, explique-t-il. “On voit des gens qui, initialement, devaient être des ‘gilets jaunes’, et qui aujourd’hui arrivent sur des scènes de manifestation avec un équipement composé de casques, masques de ski, masques à gaz et matériel dans le sac à dos, et ils viennent se défouler sur les symboles de la République et les biens des autres”. Selon lui, ce renflouement des troupes extrémistes “est totalement inacceptable”.
Pour David Le Bars, cette crise est uniquement politique. “On souhaite, une fois pour toutes, que ces querelles politiques auxquelles on assiste, nous permettent de ne plus être otages d’une crise. Les policiers et les gendarmes attendent une solution“.
Malgré la prochaine remise à plat complète de la doctrine du maintien de l’ordre annoncée par le ministre de l’Intérieur, David Le Bars explique que la bonne gestion de ces violentes manifestations est conditionnée par une véritable cohésion politique sur la sécurité dans le pays. Une cohésion qui passe par “un choix” à faire.
“Soit on a une population en France et une classe politique qui assument la violence étatique et légale (et il va falloir admettre que cette violence-là est légitime et utile dans certains cas). Ou alors, on subit la violence de manifestants casseurs et violents, qui sont là pour détruire la République. C’est cet équilibre très compliqué qu’il va falloir maintenant poser sur la table”.
Les forces de l’ordre inquiètes de la survenance d’un drame
David Le Bars avoue également l’inquiétude des troupes quant à la survenue d’un drame. “Je suis, chaque samedi, plus qu’inquiet qu’on retrouve quelqu’un à terre, que ce soit un manifestant ou un policier (…) On a toujours cette peur légitime. En France, on n’est pas là pour tuer la population, c’est une évidence.”
Il évoque également la difficile gestion, par les membres des forces de l’ordre, des polémiques liées aux LBD et à l’usage de la force : “Il faut les saluer de gérer ce type de conflits qui sont extrêmement violents (…) Les messages de remerciement (des politiques) sont essentiels, mais ne suffisent pas et ne permettent pas de répondre à la menace”.
La rédaction vous recommandeDIAPORAMA – “Gilets jaunes” : incendies, pillages… Des scènes de chaos à Paris”Gilets jaunes” : “C’est inacceptable”, a commenté Édouard Philippe sur les Champs Élysées”Gilets jaunes” : 32.300 manifestants mobilisés en France, dont 10.000 à Paris”Gilets jaunes” : un homme gravement blessé à l’œil à Lyon, une enquête ouvertePouvoir d’achat : une étude de l’Insee explique la colère des “gilets jaunes”



Source link : https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/gilets-jaunes-les-policiers-et-les-gendarmes-attendent-une-solution-dit-david-le-bars-7797225361

Author : Stéphane Carpentier

Publish date : 2019-03-17 08:47:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : RTL

The author News2